logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/08/2009

BORD DE MER....

UN PEU DE FRAICHEUR.....

VOUS LE SAVEZ ,LA BRETAGNE C'EST LE PARADIS DES OISEAUX !ET LES BALADES MATINALES AU BORD DE MER OFFRENT SOUVENT BIEN DES SURPRISES A CELUI QUI SAIT OUVRIR L'OEIL ET SE FAIRE DISCRET .....

SAUREZ VOUS IDENTIFIER CES QUELQUES OISEAUX QUE J'AI RENCONTRE ?

EN BAS DE MA NOTE JE VOUS LIVRE LEUR IDENTITE ...SAUF ERREUR DE MA PART !!?

2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (15).jpg


2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (16).jpg


2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (17).jpg


2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (23).jpg


2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (24).jpg


2009.05.24 Balade vers l'Aber Vrach Plougerneau Landeda 38 (25).jpg


Bretagne Mai 2009 383.jpg


Copie de Bretagne Mai 2009 383.jpg


Copie (2) de Bretagne Mai 2009 383.jpg


Copie (3) de Bretagne Mai 2009 383.jpg


Copie (4) de Bretagne Mai 2009 383.jpg


2009.05.23 Landerneau 4 (3).jpg


TADORNE DE BELON

Le plus grand des canards de surface en France. Le mâle et la femelle sont sensiblement identiques. La tête et le haut du cou sont verts, le reste du cou blanc. Le bec est rouge, avec une aspérité à la base chez les mâles. Une large bande rousse ceinture la poitrine et le haut du dos. Le milieu du ventre noir précède le reste du dessous blanc . Les faces latérales du dos noires encadrent la partie centrale blanche. Les ailes sont bigarrées blanc, noir, vert et roux. La queue blanche est maculée de noir à son extrémité. Les plumes sous-caudales sont rousses, les pattes palmées roses. Le tout donne un gros canard multicolore visible de loin.
En vol, tous les individus paraissent noirs et blancs. Les jeunes sont plus ternes, à dominante grise.


Baie de Saint-Brieuc: Tadorne De Belon from Helene Cosperec on Vimeo.



COURLIS CENDRE

Le Courlis cendré, Numenius arquata, est un limicole appartenant à la grande famille des scolopacidés. C'est celui des courlis qui habite l'espace le plus étendu, puisqu'il se reproduit dans toute l'Europe tempérée et l'Asie. On en a même aperçu en Nouvelle-Écosse. En Europe on le nomme souvent simplement courlis.

C'est le plus grand limicole de son genre, avec une longueur de 50-57 centimètres et une envergure de 1 m. Il est principalement d'un marron grisâtre, avec un arrière-train blanc et un bec très long et courbé (plus long chez la femelle adulte). Il est généralement craintif. Le cri familier dont cet oiseau tire son nom est un courli-i retentissant.

La seule espèce qui lui ressemble sur la plus grande partie de son habitat est le Courlis corlieu. Celui-là est plus petit, avec un bec plus court présentant une sorte de pliure plutôt qu'une courbe régulière.






BARGE A QUEUE NOIRE

Habitat : Sans être exclusivement maritime, la barge à queue noire préfère l'eau salée aux marais d'eau douce. En France, elle se tient plus volontiers sur les sables et les vases maritimes lors de ses passages mais elle montre également une certaine prédilection pour les étendues d'eau saumâtre telles que la Camargue et certains marécages du sud-est de l'Europe.

Comportements : Les barges à queue noire nichent autour de la Baltique, dans toute l'Europe Centrale et la région balkanique ainsi qu'en Sibérie Occidentale où leurs implantations ne dépassent pas à l'est le cours du Ienisseï. Leur hivernage ne se fait pas aussi loin au sud qu'on le supposait autrefois. Elles ne dépassent guère l'Equateur et s'installent aux Canaries, aux îles du Cap-Vert, au Tchad, vers les sources du Nil et sur les bords du golfe Persique. Dès la fin août, on peut les apercevoir au cours de leurs passages qu'elles effectuent en petits groupes disciplinés en compagnie d'échassiers plus petits. Au début mars, elles sont de retour pour le trajet inverse. En effet, ces oiseaux arrivent assez tôt sur nos côtes, avant même d'avoir revêtu leur beau plumage. Ils sont d'abord présents en Camargue puis ne tardent pas à apparaître sur les côtes du sud-ouest, puis aux embouchures de certains fleuves comme la Loire et la Vilaine. Ils peuvent même remonter certains fleuves et séjourner sur les rives mais, début avril, leur observation devient très rare car la plupart ont regagné leurs quartiers nordiques.


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique