logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/03/2011

CAHORS CAHORS! tout le monde descend !

Petit clin d'oeil à Héléne...

ancienne.jpg



Voyageuse! ô cosmopolite à présent

Désaffectée, rangée, retirée des affaires.

Un peu en retrait de la voie,

Vieille et rose au milieu des miracles du matin,

Avec ta marquise inutile

Tu étends au soleil des collines ton quai vide

(Ce quai qu'autrefois balayait

La robe d'air tourbillonnant des grands express)

Ton quai silencieux au bord d'une prairie,

Avec les portes toujours fermées de tes salles d'attente,

Dont la chaleur de l'été craquèle les volets...

O gare qui as vu tant d'adieux,

Tant de départs et tant de retours,

Gare, ô double porte ouverte sur l'immensité charmante

De la Terre, où quelque part doit se trouver la joie de Dieu

Comme une chose inattendue, éblouissante

Désormais tu reposes et tu goûtes les saisons

Qui reviennent portant la brise ou le soleil, et tes pierres

Connaissent l'éclair froid des lézards; et le chatouillement

Des doigts légers du vent dans l'herbe où sont les rails

Rouges et rugueux de rouille,

Est ton seul visiteur.

L'ébranlement des trains ne te caresse plus :

Ils passent loin de toi sans s'arrêter sur ta pelouse,

Et te laissent à ta paix bucolique, ô gare enfin tranquille

Au coeur frais de la France.

(Valery Larbaud, Les Poésies d'A.O. Barnabooth, 1913)


railcf.jpg
51tzf410.jpgValery Larbaud naît le 29 août 1881 à Vichy et décède dans la même ville le 2 février 1957. Cet écrivain français est fils unique du pharmacien Nicolas Larbaud (cinquante-neuf ans à la naissance de son fils) et d’Isabelle Bureau des Etivaux (trente-huit ans), il n’a que huit ans lorsque son père décède en 1889. Il sera élevé par sa mère et sa tante. Il obtient sa licence ès-lettres en 1908. Dans la même année, Larbaud publie sans faire connaître sa véritable identité « Poèmes par un riche amateur, ou Œuvres françaises de M. Barnabooth».
La fortune familiale (son père était propriétaire de la source Vichy Saint-Yorre) lui assure une vie aisée qui lui permet de parcourir l’Europe à grands frais. Il effectue à partir de 1898, de longs voyages en Europe, devenant, à l’image de son héros Barnabooth, un homme « dont l’horizon s’étend bien au-delà de sa ville; qui connaît le monde et sa diversité ». Après avoir publié en 1911 son roman d’adolescence « Fermina Marquez », Larbaud fait paraître « Les Poésies de A. O. Barnabooth » en 1913. Écrivain polyglotte (Larbaud parle anglais, allemand, espagnol et italien) et traducteur, il fréquente tous les milieux littéraires. Devenu en 1935 aphasique, Larbaud finira sa vie paralysé et cloué dans un fauteuil. Il recevra le Grand Prix national des Lettres en 1952, cinq ans avant sa mort.



 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique