logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/10/2008

HENRI CARTIER BRESSON

SI JE CHOISIS AUJOURD'HUI DE VOUS PRESENTER CET IMMENSE PHOTOGRAPHE ,C'EST PARCEQUE J'AI BEAUCOUP D'ADMIRATION POUR LUI ET EGALEMENT PARCEQU'IL A TERMINE SA VIE DANS LES ALPES DE HAUTE PROVENCE OU IL A ETE INHUME AU CIMETIERE DE MONJUSTIN ...





Né le 22 août 1908 à Chanteloup (Seine-et-Marne), Henri Cartier-Bresson découvre le travail des peintres surréalistes à l’âge de 15 ans. Entre 1927 et 1928, il suit les cours du cubiste André Lhote à Paris. En 1931, il se rend en Côte d’Ivoire où il réalise ses premières photographies. À son retour, il achète son premier Leica — un appareil photographique extrêmement maniable qui deviendra son plus fidèle complice .

Grâce au Leica, appareil discret et maniable, Cartier-Bresson a trouvé son outil. « Je ne quittais jamais mon appareil, toujours à mon poignet. Mon regard balayait la vie, perpétuellement. (...) Je partais fouiner, il n’y a pas d’autre mot, j’allais flairer avec l’appareil. »
Il se consacre dès lors entièrement à son art qu’il pratique, à l’instar des surréalistes, comme une écriture automatique appliquée au monde de l’image. Dès 1932 est organisée à la galerie Julien Levy (New York) sa première exposition de photographies. C’est à l’occasion d’un voyage en Espagne, en 1933, qu’il réalise ses premières grandes photographies de reportage. Il séjourne ensuite un an au Mexique pour une mission ethnographique (1934) et expose aux côtés du Mexicain Manuel Álvarez Bravo à Mexico.Il y tire lui-même ses épreuves, qui sont à considérer comme ses seuls véritables " originaux ".
A New York, il s’initie au montage cinématographique avec Paul Strand.
En 1937, il épouse Ratna Mohini, une danseuse javanaise. Et devient second assistant de Jean Renoir pour trois de ses films dont La Règle du jeu.
Prisonnier de guerre dans les Vosges en 1940, il réussit à s’évader.
Après une année de reportages aux Etats-Unis pour compléter son exposition " posthume " de 300 photographies au Museum of Modern Art de New York (on le croyait alors disparu à la guerre), c’est la naissance de l’agence Magnum, le 22 mai 1947, dont le nom va entrer dans l’histoire du photojournalisme.

L’instant décisif
Commence alors pour lui une importante carrière de photojournaliste, caractérisée par la recherche constante du « moment décisif » défini comme l’instant le plus significatif d’une réalité donnée. Souhaitant abolir la frontière entre art et document photographique, il publie son célèbre recueil Images à la sauvette (1952). C’est en préface de cet album qu’il développe sa conception de la photographie dans « l’Instant décisif », un texte devenu référentiel. À cet égard, Henri Cartier-Bresson a donné la définition la plus concise et la plus précise de l’acte photographique : « La photographie est, dans un même instant, la reconnaissance de la signification d’un fait et de l’organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment et signifient ce fait. »

Cartier Bresson et Magnum
Henri Cartier-Bresson est fortement marqué par les années de guerre. Prisonnier ayant réussi à s’évader, il photographie la libération de Paris en août 1944 et sort un documentaire sur les prisonniers de guerre et les déportés (le Retour, 1944-1945). En 1946, il séjourne de nouveau aux États-Unis afin de finaliser une exposition de son œuvre au MoMA de New York — manifestation à l’origine « posthume », l’artiste vivant dans la clandestinité ayant été déclaré disparu.

En 1947, Henri Cartier-Bresson fonde avec quatre autres photographes indépendants — Robert Capa, George Rodger, David Seymour et William Vandivert — l’agence coopérative Magnum Photos, qui porte le reportage à son apogée tant dans le domaine des grands conflits historiques que sur la scène sociale, politique et privée.

De 1948 à 1950, il passe trois ans en Orient : en Inde, il photographie Mohandas Gandhi quelques heures avant son assassinat ; il est en Chine lors de la proclamation de la République populaire et témoigne de la victoire du communiste Mao Zedong ; il parcourt l9Indonésie alors qu’elle accède à l’indépendance. En 1954, Henri Cartier-Bresson est le premier photographe occidental à être admis en Union soviétique. Quatre ans plus tard, il effectue un nouveau voyage en Chine, à l’occasion du dixième anniversaire de la République populaire. En 1963, le photographe est à Cuba pour Life Magazine, puis au Mexique.En 1966, il s’était retiré de l’agence Magnum, tout en lui concédant l’exploitation de ses archives. Et, depuis 1973, il se consacrait surtout au dessin, crayon et fusain, à Paris ou dans les Alpes.
Le maître du " hasard objectif " a toujours récusé le mot d’ " art " pour son travail. Loin de se considérer comme un " classique ", il se déclarait pickpocket, funambule ou artilleur.
Sous l’apparence d’une logique sèche, la photographie était son mode de vie. Et le reportage sa véritable famille. Henri Cartier-Bresson a réalisé une œuvre immense dont lui-même résumait ainsi la portée : « Pour comprendre l’histoire, vous devez garder une certaine forme d’innocence. Mon seul secret fut de prendre mon temps, et surtout de prendre le temps de vivre avec les gens... et puis de savoir m’oublier. »
Cette grande figure de la photographie contemporaine nous a quittés le 3 août 2004 .Il a été inhumé dans le cimetière de Montjustin (Alpes-de-Haute-Provence).




La Fondation Henri Cartier-Bresson
En 2000, Henri Cartier-Bresson avait décidé avec sa femme Martine Franck et leur fille Mélanie de créer la Fondation Henri Cartier-Bresson, afin de rassembler son œuvre et d’offrir un espace d’exposition à d’autres artistes.

La Fondation HCB, reconnue d’utilité publique par l’Etat, a été ouverte à Paris dans le quartier Montparnasse en 2003.

Cette fondation décerne également tous les deux ans le Prix HCB, un prix d’aide à la création d’un montant de 30.000€, pour permettre à un photographe de réaliser un projet.
De plus, l’œuvre du lauréat est exposée à la Fondation HCB dans les 18 mois qui suivent sa nomination.


Petit mot de Cartier-Bresson à ses collègues éditeurs de Magnum, à Paris : « Je veux que les légendes soient strictement des informations et non des remarques sentimentales ou d’une quelconque ironie. (...) Laissons les photos parler d’elles-mêmes et pour l’amour de Nadar ne laissons pas des gens assis derrière des bureaux rajouter ce qu’ils n’ont pas vu. »
Une comédie humaine défile dans son viseur, imprévisible, vivante et magnifiée par le rendu de l’espace où chacun trouve sa juste place.
Henri Cartier-Bresson photographie « comme un chat, sans déranger ». Ses images impeccables, si classiques dans leur forme, restent instantanées car elles sont intrinsèquement liées au plaisir de la prise. H. C.-B. savait qu’en toutes circonstances, « la vie ne s’exprime qu’une fois pour toutes ». Rien n’est dû à la chance dans ces vues superbement cadrées où se combinent tout à la fois la tension, la grâce et l’émotion.
« Le secret, c’est la concentration », dit-il. Tout repose sur l’élasticité du doigt. Le tir photographique ou le plaisir tactile et sensuel de la prise, ainsi qu’il l’a clairement expliqué dans sa théorie de « l’instant décisif ».



Connu pour la précision au couperet et le graphisme de ses compositions (jamais recadrées au tirage), il s'est surtout illustré dans le reportage de rue, la représentation des aspects pittoresques ou significatifs de la vie quotidienne (Des Européens). Il est l'inventeur du concept de « l'instant décisif », qui est aussi le titre du recueil où il expose sa définition de la photographie publié en 1952 avec une couverture de Matisse, lors de la prise de vue.

Pour certains, il est une figure mythique de la photographie du XXe siècle, que sa longévité lui permit de traverser, en portant son regard sur les évènements majeurs qui ont jalonné son histoire. Un de ses biographes (Pierre Assouline) dit ainsi de lui qu'il était « l'œil du siècle ».


Henri Cartier-Bresson fut aussi cinéaste... - Photo Martine Franck - Magnum Photos .

(Toutes les photos ont été trouvées sur la toile )
POUR TERMINER ,JE VOUS PROPOSE UN DIAPORAMA DE QUELQUES UNES DE SES PHOTOS QUE J'AI SELECTIONNEES

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique