logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/09/2007

BRETAGNE (suite 5)

LE SILLON DE TALBERT
CONNAISSEZ VOUS CET ENDROIT MAGIQUE DES COTES D'ARMOR ? SINON JE VOUS INVITE A ME SUIVRE POUR DECOUVRIR CE PETIT PARADIS LOIN DE LA FOULE .
TOUTE UNE JOURNEE J'AI MARCHE AU MILIEU DE LA MER ,IVRE DE VENT ET DE LUMIERE ,J'AI OBSERVE LES OISEAUX ,J'AI CONTEMPLE LA MER .JE SUIS ALLE A L'EXTREMITE DU SILLON ET J'AI REGARDE LONGUEMENT LE JEU DES STERNES PIERREGARIN DANS LE CIEL....SPECTACLE DONT ON NE SE LASSE PAS ...


TOUTES LES PHOTOS ONT ETE PRISES PAR MES SOINS A CET ENDROIT .LA PHOTO AERIENNE(ci dessous) TROUVEE SUR LE NET EST DE http://philippe.dufour9.free.fr/index.htm (je vous recommande ce site d'une richesse incomparable en photos aériennes de notre beau pays!)

SILLON DE TALBERT.jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert.jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (1).jpg


Le Sillon de Talbert est une spectaculaire et étroite flèche de galets qui s'avance en mer sur près de 3 km. Elle est la résultante du jeu de deux courants convergents et des fortes houles de nord-ouest. Apparemment immobile, cette formation évolue pourtant en permanence. Modelée par la houle, la pointe de la flèche s'étire ainsi inexorablement vers le nord-est en fragilisant sa base. Elle annonce ainsi sa volonté de lever l'ancre de la côte. Entourée à marée basse d'un platier immense, elle est exploitée par les ramasseurs d'algues et les pêcheurs à pied.
Milieu naturel hostile avec des mouvements fréquents de galets qui peuvent même littéralement voler lors des tempêtes, seuls quelques rares végétaux spécialisés peuvent y prospérer. Le plus spectaculaire, intégralement protégé en France, est le chou marin. Il est l'ancêtre du chou cultivé.


medium_chou_marin.jpg

L'avifaune y est exceptionnelle. Sternes naines et grands gravelots dont le sillon constitue presque le dernier site de reproduction de Bretagne pondent leurs œufs mimétiques au milieu des galets, le plus souvent sans succès dérangés par l'affluence des visiteurs et malgré quelques mesures de protection.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (2).jpg



Morgane la fée habitait l'île de Talbert séparée de la côte par un petit bras de mer. Le roi Arthur, au cours d'une de ces longues chevauchées qu'il faisait autour de son château de Kerduel en Pleumeur-Bodou, s'étant aventuré jusqu'à la limite du flot, au dessous de Plou-Bihan, aperçut la fée assise sur les rochers de son île, peignant au soleil sa longue chevelure. Aussi prompt que l'éclair de la bonne épée du roi, l'amour jaillit entre eux. Hélas la mer les séparait ; Arthur dut revenir au château de Kerduel sans avoir pu joindre Morgane. Il cacha son dépit à la reine Guen-Archant et à la cour, mais bientôt il retourna vers le royaume marin de la belle amoureuse. Celle-ci, dévorée de désir, n'eût pas plutôt aperçu le roi qu'elle emplit sa robe de cailloux blancs et entra dans la mer. Elle jeta loin devant elle un galet qui devint aussitôt un rocher sur lequel elle bondit, puis d'autres galets très rapprochés et les rocs se joignant formèrent une chaussée, bientôt la fée put se glisser dans les bras d'Arthur. Le sillon de Talbert était né ; un tout petit bras de mer, Toul-Ster, le sépare de l'îlot et seul le bond d'une fée peut le franchir. Morgane le voulut ainsi afin d'interdire l'entrée de son asile aux profanes… ".
" Pleubian et la Presqu'île Sauvage ".

Le sillon de Talbert est un cordon de galets qui s'avance dans la mer sur 3 km et forme ainsi une protection naturelle de l'Archipel de Bréhat à l'est ainsi que toute la côte du Goëlo qui s'étend à son pied. A l'extrémité de ce sillon se découvre sur environ 3 km de long un archipel d'îles et d'îlots, appelé archipel d'Ollone ou pour les habitants de la " presqu'île ", les îles de Talbert.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (3).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (4).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (5).jpg



Au large, le plus haut phare de haute mer de France culmine à 45 mètres. Construit en 1839 sur le plateau rocheux dont il porte le nom, le phare des Héaux de Bréhat protège les navigateurs d'une côte où les récifs sont nombreux

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (6).jpg



LA FLORE
Le sillon de Talbert présente un intérêt botanique important. Autrefois couvert de Chou marin (Cambre maritima), il formait un des plus beaux peuplements de cette espèce aujourd'hui protégée. D'autres espèces telle le Chardon bleu (Eryngium maritimum), également protégée, sont menacées de disparition sur le sillon.
On peut distinguer deux grands types de végétation, la végétation dunaire de l'entrée du sillon d'une part et la végétation de la levée de galets proprement dite d'autre part.
Depuis 40 ans, 80 % de la végétation spécifique de la dune a disparu, en grande partie à cause du piétinement du public. La végétation du cordon est adaptée à un milieu inhospitalier, balayé par les vents violents chargés d'embruns marins et se satisfaisant d'un sol squelettique formé de galets.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (7).jpg



LA FAUNE

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (8).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (9).jpg



L'intérêt ornithologique du Sillon de Talbert est depuis longtemps reconnu. Il accueille un des deux sites de nidification de la Sterne naine (Sterna albifrons) en Bretagne, qui vient nidifier sur le sillon depuis 1982 (quelques couples). La Sterne naine, oiseau migrateur, est le plus petit oiseau marin après le Pétrel tempête et également l'un des plus rares. Elle a la particularité de faire son nid à même le sol sur le sable ou les galets : une forte fréquentation de touristes ou le flot lorsque le niveau de hautes mers est particulièrement élevé peut détruire les couvées.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (10).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (11).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (12).jpg




La Sterne Pierregarin (Sterna hirundo) est également présente sur le sillon de Talbert, ainsi que le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula) ou le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus).
On trouve encore des passereaux tels la Linotte mélodieuse (carduelis cannabina), le Pipit maritime (Anthus spinoletta), l'Alouette des champs (Alauda arvensis), le traquet motteux (Oenanthe oenanthe) ainsi que de nombreuses espèces hivernantes et migratrices (Bernache cravant, Courlis cendré, Huitrier pie…) qui trouvent ici une aire de repos et à proximité des vasières.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (13).jpg



Au cours de l'histoire, le site a fait l'objet de nombreuses extractions de galets et de sable : par une entreprise sur la partie la plus fragile du cordon et contre laquelle le Conseil Municipal s'élève dès 1928, par les particuliers pour réaliser des constructions à moindre coût, pour l'entretien des chemins, par les Allemands sur l'Ile Blanche en 1943, pour la construction du Mur de l'Atlantique, puis à partir des années 50.
La récolte du goémon est très présente sur le sillon de Talbert depuis des siècles. Entre tradition, culture, héritage liés à cette pratique et excès de cette " cueillette ", il convient de mesurer les enjeux et conséquences de cette coupe d'algues. La conchyliculture (huîtres creuses) mobilise actuellement 13 concessionnaires sur le secteur de Pleubian.

2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (14).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (15).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (16).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (17).jpg


2004.06 Bretagne Découverte du Sillon de Talbert (18).jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique