logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/05/2012

L'ABBAYE DE CONQUES EN AVEYRON.

Parmi les 10 plus beaux villages de France de l'Aveyron, je vous invite à partir à la découverte de toutes les richesses que nous offre Conques.

2011.12.3 Une journée à Conques Aveyron 157.jpg (151).jpg


Tout d'abord, Conques est situé dans un environnement atypique. Le nom de Conques vient du site en forme de coquille échancrée par le torrent de l'Ouche et dominant la vallée du Dourdou. Conques était un grand centre de pélerinages et une des principales villes-étapes sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur la fameuse via Podensis.
Le panorama au point de vue du Bancarel permet de mesurer l'ampleur de la beauté du bourg. Etape majeure pour les pélerins sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, il est d'un autre temps. On découvre un patrimoine architectural miraculeusement épargné par les époques. Sur le versant ensoleillé, une ceinture de murailles se dresse, percée de portes fortifiées et flanquée de quelques tours. Elles délimitent un réseau de ruelles qui desservaient, autrefois, les lieux saints et les différents quartiers d'habitation. Préservée au cours des âges des destructions massives ou des rénovations, l'architecture civile se caractérise par la diversité des matériaux utilisés : schistes, grès rose et les fameuses toitures en lauze.Le dépaysement est assuré pour les visiteurs ou les pèlerins. Ces derniers y sont accueillis depuis le XIe siècle.

L'abbaye de Conques a été fondée par l'abbé Dadon vers la fin du VIII° siècle, un ermite qui avait élu domicile à Conques. C'est l'époque où les souverains carolingiens, pour des motifs autant politiques que religieux, favorisent et comblent de bienfaits les monastères de leur empire. Le Trésor de Conques a pour origine ces largesses royales. La mémoire collective ne retiendra que le nom de Charlemagne, le bienfaiteur par excellence, qui éclipsa tous les autres membres de sa famille. Et il aura tout naturellement sa place dans le cortège des élus sur le tympan du Jugement dernier.(Voir la note et le diaporama que j'ai entiérement consacré au tympan)
2011.12.3 Une journée à Conques Aveyron 157.jpg.jpg


L'abbaye se développa surtout à partir de l'arrivée des reliques de Sainte Foy. Curieusement, le destin de Conques paraît avoir été scellé au temps de l'empereur romain Dioclétien lors de grandes persécutions. Loin d'ici, une jeune chrétienne de la cité d'Agen, refusant de sacrifier aux dieux du paganisme, endura le martyre. Convertie par l'évêque de la ville saint Caprais, Foy (Fides en latin) était âgée de douze ans à peine. Or à une époque où le culte des reliques prenait de plus en plus d'ampleur, où la présence de corps saints entraînait pour l'abbaye qui les détenait un grand rayonnement spirituel, Conques se trouvait singulièrement démunie. C'est alors que ses moines, après plusieurs tentatives infructueuses, jetèrent leur dévolu sur les précieuses reliques de sainte Foy d'Agen, très vénérées en Aquitaine. Le rapt, appelé pudiquement «translation furtive», se situe en l'an 866.
Copie de 2011.12.3 Une journée à Conques Aveyron 157.jpg (5).jpg


L'actuelle abbatiale Sainte-Foy de Conques est une église abbatiale, c'est-à-dire l'église d'une abbaye. Sa construction commença sous l'abbé Odolric (1030-1065) et semble s'être terminée sous l'abbatiat de Boniface (1107-1125).

En 1987, Pierre Soulages, peintre abstrait français de notoriété internationale, né en 1919 à Rodez, dont les souvenirs d'enfance ont été imprégnés par ce lieu, commence à travailler avec enthousiasme sur le projet de création des vitraux de l'église Sainte-Foy de Conques.

C'est en 1994, qu'il achève la réalisation de 95 verrières et de 9 meurtrières visibles de l'intérieur comme de l'extérieur qui respectent, tout en la magnifiant, l'austérité romane et ses symboles et invitent la lumière à pénétrer dans l'église.
Les vitraux de Pierre Soulages ont remplacé des vitraux plus classiques qu'on trouve aujourd'hui au centre d'art médiéval (en haut du village). Ces derniers obscurcissaient considérablement l'abbatiale et étaient finalement assez éloignés de ce qui existait à l'origine. A l'époque où l'usage des vitraux n'était pas encore répandu, des parchemins occupaient leur place : ils comblaient les fenêtres tout en laissant passer la lumière. L'intention de Pierre Soulages était de se rapprocher de cette luminosité particulière par des vitraux en verre dépoli, à motifs très simples. Après avoir suscité de vives polémiques, ces vitraux sont désormais bien acceptés.Il convient de préciser qu'ils ont été réalisés par le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

2011.12.3 Une journée à Conques Aveyron 157.jpg (138).jpg


Et maintenant ,je vous invite à regarder le diaporama que j'ai réalisé ...N'hésitez pas à le regarder en mode "plein écran"et à mettre le son...







 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique