logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/11/2008

BOSCODON :UNE ABBAYE CHALAISIENNE

VOUS LE SAVEZ ,JE SUIS PASSIONNE PAR L'ART ROMAN ET LORS DE MON SEJOUR DANS LES HAUTES ALPES ,FIN OCTOBRE ,JE SUIS RETOURNE DANS UN SITE QUI M'EST CHER ET QUE J'APPRECIE TOUT PARTICULIEREMENT POUR SA BEAUTE,SON CALME ET SA GRANDEUR ...JE VOUS INVITE A ME SUIVRE ...

site chalaisien,boscodon,art roman


podcast
L'abbaye Notre-Dame de Boscodon est une abbaye du XIIe siècle située près de Crots et à proximité du lac de Serre-Ponçon, dans les Hautes-Alpes.
Historique
Fondée en 1132, l'abbaye de Notre-Dame de Boscodon est bâtie par des moines ermites de l'Ordre monastique de Chalais grâce aux dons de Guillaume de Montmirail. La donation, datée de 1130, s'est déroulée en présence de Guillaume de Bénévent, futur archevêque d'Embrun.En 1303, elle devient bénédictine lorsque l'ordre de Chalais passe sous la dépendance de la Chartreuse.

Les moines vivent de l'exploitation de la forêt et du domaine, et de l'élevage de moutons.

Au XVIIIe siècle, au moment de la Commission des Réguliers, l'abbaye est rattachée à l'archevêché d'Embrun, et une partie de ses bâtiments est détruite.

Suite à la Révolution française, l'abbaye et ses domaines deviennent propriété nationale. Joseph Berthe acquiert les bâtiments. Un hameau se construit autour de l'abbatiale, qui devient écurie, étable, logement.

Au XXe siècle, les habitants quittent progressivement le hameau. La propriétaire de l'abbaye décide alors de vendre le domaine à une association afin qu'il redevienne un lieu de culte. Les moines dominicains s'installent alors dans l'abbatiale et entament les travaux de restauration.

Les travaux de restauration ont débuté en 1972 et se poursuivent encore à ce jour. Ils sont dirigés depuis 1980 pour les travaux de restauration par l' Architecte en chef des monuments historiques et, pour les travaux de conservation, par l'Architecte des bâtiments de France territorialement compétents.

En 1974, les parties des bâtiments acquises par l' « Association des amis de l'abbaye de Boscodon » furent classées au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques, ce qui permit de commencer leur restauration.

Les études préliminaires à la restauration dirigées, au même titre que la maîtrise d'euvre des travaux, par Francesco Flavigny, Architecte en chef des monuments historiques, telles par exemple celles relatives à l'aile des Officiers, témoignent de la rigueur scientifique des choix des restaurations. Ces choix sont basés pour partie sur les rapports de fouilles archéologiques et confirmés le plus souvent possible par des documents d'archive. Pour la restauration de l'aile des Officiers, la découverte aux archives départementales, par la Sœur Jeanne-Marie, Supérieure de l’abbaye, d'un devis daté du 24 avril 1706 pour des « travaux de reconstruction de l'aile des Officiers, partiellement détruite par les ennemis de l'État en l'an 1692 », a fourni de précieuses informations. Rien que pour cette partie du monument, l'étude préliminaire s'est échelonnée de 1985 à 1994 par le repérage des murs, le repérage du bâtiment, le début du déblaiement, le dégagement de la cave nord, le dégagement de la cave du milieu, les fouilles au sol et les fouilles cave et partie sud et l’aide à la construction par triage et transport des pierres.

En 1997, la toiture, effectuée dans de mauvaises conditions vingt années plus tôt, a été reprise. En 2004 la fin des travaux de la partie sud de l’aile des moines et de la chapelle Saint Marcellin a été célébrée le 25 juin 2004.

En mai 1997, des travaux de déblaiement, de tri, et de rangement ont été accomplis sur la bergerie jouxtant le chemin d'arrivée à l'abbaye, avec l'association « solidarités jeunesses ». En 1998-1999 a été réalisé le relevé du côté du cloître et la restauration et l’aménagement de l’aile des Convers. Fin 2000 et début 2001, le clocher du beffroi a été relevé et la cloche a été réinstallée.

Enfin, l'achat de petits terrains proches de l'abbaye lui donne plus d'espace et ouvre des possibilités futures.



Aujourd'hui, l'abbaye est habitée par une communauté de religieux (ce ne sont pas des moines).


Ce monument majeur attire aujourd'hui quatre-vingt-dix mille visiteurs par an. L'abbaye a été primée en 1989 au palmarès du concours du « meilleur accueil musée et monument ».


Architecture


L'abbaye de Notre-Dame de Boscodon est d'architecture romane. On y retrouve l'art cistercien primitif au travers de la simplicité extrême des éléments architecturaux, l'harmonie des volumes, la qualité de la maçonnerie (notamment l'appareillage des pierres à joints vif).



L'art roman utilise la géométrie. Toutefois, la symétrie n'est pas un élément fondamental de cette architecture, qui s'inspire aussi de la nature. Le tracé de l'abbatiale de Boscodon s'appuie sur des figures géométriques simples. Tracée à la règle et au compas, on y trouve les symboles de la croix, du carré, du cercle et du pentagone. Le système métrique n'existant pas, les mesures de références sont la coudée royale, le pied roman.

Les moines bâtisseurs accordent une importance forte à la symbolique des éléments. L'abbaye a été implantée et orientée en fonction des rythmes du soleil, des cours d'eaux alentour, de la présence d'une carrière de pierre (ni trop proche, pour respecter le silence sur le lieu de construction de l'abbaye, ni trop loin pour ne pas augmenter les contraintes d'approvisionnement), de la forêt, des hommes... L'importance des symboles se retrouve aussi dans la conception des bâtiments : répétition des éléments selon les chiffres clés (7 voûtes, comme les 7 jours de la semaines), rapports de proportions en harmonie avec le nombre d'or...

site chalaisien,boscodon,art roman

L'architecture de Boscodon est proche de l'art cistercien primitif. Elle est d'un style roman très pur. L'abbatiale en forme de croix latine est composée d'une nef sans collatéral, formant quatre travées voûtées en berceau légèrement brisé avec un transept bas. Le choeur et la chapelle de chaque transept ont un chevet plat. l'édifice est éclairé par vingt baies diffusant une magnifique clarté à tout moment de la journée. Le clocher de l'abbatiale, démonté vers 1880, sera bientôt reconstruit et retrouvera la cloche qui lui a été rendue en 1992 par la municipalité de Crots. Dans l'aile des moines, qui prolonge le transept sud, se trouvent : la sacristie avec la chapelle Saint-Firmin, la salle du chapitre, le passage des moines et l'ancienne salle des moines qui a été plus tard transformée en réfectoire. Les niveaux supérieurs servent de résidence à la communauté religieuse. L'aile des convers a disparu dans son élévation et à l'ouest se trouvait depuis le XVe siècle un bâtiment qui fut d'abord un grand cellier voûté , transformé au XVIe siècle en cinq logis pour les moines qui avaient un office. Détruite en 1774 dans son élévation, cette aile a été récemment restaurée et sert désormais d'espace d'accueil pour les visiteurs. Les galeries du cloître qui avaient été considérablement transformées au cours des siècles, ont elles aussi disparu. Mais les nombreux fragments lapidaires retrouvés et les fondations du mur-bahut pourront sans doute un jour permettre sa restitution. L'abbaye de Boscodon est aujourd'hui un monument incontournable de l'architecture religieuse, mais aussi un lieu de prière et de recueillement à découvrir ou à redécouvrir.
L’abbatiale


 

 

 

 

 


Portail d'entrée


site chalaisien,boscodon,art roman

Nous voici à l'intérieur de l'abbatiale ...


Le chevet plat avec ses trois ouvertures ...


Le christ en majesté ...Sculpté par le frére ISIDORE


Visage du Christ

 

 

 

 



La chapelle Saint Firmin (fin XIV° siècle), considérée comme le cœur de l’abbaye, fera l’objet des premiers soins (1976-1977).

 

 

site chalaisien,boscodon,art roman



site chalaisien,boscodon,art roman

site chalaisien,boscodon,art roman

site chalaisien,boscodon,art roman

A l’extérieur, la maison abbatiale en ruines, et par conséquent dangereuse, devra être détruite. (1974)

S’opéra alors la réfection de la toiture de l’église abbatiale en bardeaux de mélèze ainsi que des baies et parements en pierre de cargneule issue du torrent du Colombier.


Voici cette pierre dite de cargneule

L’aile des moines

 


La première partie des travaux s’effectue entre 1983 et 1987. Le travail le plus ardu consistera à consolider le bâtiment, le mur est reposant sur un important remblai. Une fois réalisé, ce travail permettra la restauration des façades et du toit. Une grande partie des éléments architecturaux seront repris, tant sur les façades (porte romane ou fenêtre XVIIIème sur la partie sud) qu’à l’intérieur du corps du bâtiment, aujourd’hui résidence de la communauté (cheminées et alcôves des cellules monastiques).





L’aile des "officiers"

 


En 1975, apparition lors des premiers coups de pioche, d’un bâtiment conventuel. A partir de 1991, des campagnes de dégagement permettent de retrouver escaliers, planchers et fragments de vaisselle du XVIIIème. Ces campagnes révèleront l’existence antérieure d’un cellier allant de l’entrée primitive du monastère au parvis de l’abbatiale et des aqueducs médiévaux d’amenée d’eaux vers le cloître. Cette aile fut convertie plus tard (XVème) en trois puis cinq logis pour les moines dotés d’un « office » et nommés ainsi « officiers ». Il fut aussi découvert que ce bâtiment existait sur deux étages, permettant d’aménager une cave pour chaque officier. Grâce au mécénat et aux subventions des collectivités, ce bâtiment sera relevé en 1994–1995.

La salle capitulaire

 

 


Les galeries couvertes du cloître ont été démolies et reconstruites deux fois au cours des siècles et finalement détruites et non reconstruites. L’étude d’un relèvement partiel est en cours : les côtés sud et ouest, en charpente et couverture de mélèze, et des maquettes grandeur nature le long de l’abbatiale (côté nord), reproduisant les arcades en pierre taillée des cloîtres XIIIème et XVème siècles, avec couverture en mélèze. Le mur bahut relevé dessinera l’ensemble du cloître, alors que le côté est demeurera sans couverture (pour respecter la restauration du balcon de bois de l’ancienne école de Boscodon et du logement de l’institutrice (XX° siècle). Comme jadis pour le clocher, une souscription va être ouverte et la recherche de mécénat entreprise.

medium_moines006.gif


SI VOUS PASSEZ PAR LES HAUTES ALPES FAITES LE DETOUR ,VOUS NE SEREZ PAS DEÇUS !!!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique