logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/01/2011

MONET à L'ORANGERIE

En mars de l'an dernier ,il y aura bientôt un an !!!,je suis allé à Paris quelques jours ...Un pure moment de bonheur .Même si la différence avec les Alpes de Haute Provence est énorme et brutale .J'apprécie toujours un séjour dans la capitale .D'autant que j'en profite pour découvrir à chaque fois des domaines inconnus ou méconnus .Je n'avais jamais visité le musée de l'Orangerie .L'exposition Turner au grand Palais étant inaccessible (trop d'attente)je me suis rabattu ,la pluie aidant ,sur l'Orangerie et croyez moi ,je n'ai eu aucun regret.
Aujourd'hui ,l'actualité récente autour de Monet ,m'améne à vous faire partager ma modeste découverte ...


2010.03.17-27 Séjour à Paris Musée de l'orangerie 512 (363).jpg

L’orangerie des Tuileries
Comme son nom l’indique, le musée de l’Orangerie est installé dans une ancienne orangerie, édifiée en 1852 par l’architecte Firmin Bourgeois et achevée par son successeur, Ludovico Visconti pour y abriter les orangers du jardin des Tuileries. Longue boite de pierre, vitrée au sud (côté Seine), aveugle au nord (côté jardin), l’édifice a reçu un décor sobre -comme il convient à un bâtiment utilitaire- mais conforme au répertoire architectural classique -pour l’accorder au voisinage de la place de la Concorde et du palais des Tuileries (aujourd’hui détruit).


2010.03.17-27 Séjour à Paris Musée de l'orangerie 512 (370).jpg


Dans deux vastes salles elliptiques, sur 2 mètres de hauteur et près de 100 mètres linéaires, se déploie un paysage d'eau jalonné de nymphéas, de branches de saules, de reflets d'arbres et de nuages, " illusion d'un tout sans fin, d'une onde sans horizon et sans rivage " selon les termes mêmes de Monet. Manifestation tardive et longtemps jugée déroutante d'un impressionnisme auquel la monumentalité et l'absence de toute figure humaine confèrent une caractère abstrait, cette immense ensemble mural est la somme de toute une vie d'artiste.

Poursuivi pendant douze ans, de 1914 à 1926, il puise dans l'univers familier de Monet : le " jardin d'eau " de sa propriété de Giverny, entouré d'arbres et orné de plantes aquatiques, devant lequel, trente ans durant, le peintre posa son chevalet pour en sonder les rythmes changeants. Sans solution de continuité, il évoque la marche des heures, depuis le Matin à l'est, jusqu'au Soleil couchant à l'ouest.

Offerts par Claude Monet à la France le lendemain même de l'armistice du 11 novembre 1918, les Nymphéas furent installés selon ses plans à l'Orangerie en 1927, quelques mois après sa mort. Des transformations des années soixante eurent longtemps pour effet de dénaturer les aménagements originaux mais la rénovation du musée va permettre aux Nymphéas d'en redevenir le cœur vivant et de retrouver la plénitude de leur sens.

Grand chantier, petit motif
Entre 1895 et sa mort (1926), de sa cinquante-cinquième à sa quatre-vingt-cinquième années, Claude Monet a peint d’après le « jardin d’eau » de sa propriété de Giverny, en Normandie, et son fameux bassin aux nymphéas (terme synonyme de « nénuphar » mais plus riche en suggestions poétiques) quelque trois cents tableaux, dont plus de quarante « panneaux » de grand format. Le vétéran de l’impressionnisme y montre une profondeur de conception, une liberté créatrice, un mélange de délicatesse et de vigueur dont l’histoire de l’art occidental offre peu d’exemples. Culminant sur l’ensemble monumental de l’Orangerie, cet immense chantier contraste avec l’échelle réduite du motif. D’un paysage miniature de quelques centaines de mètres carrés où il a concentré ses sujets de prédilection, Monet a fait son laboratoire esthétique.
2010.03.17-27 Séjour à Paris Musée de l'orangerie 512 (376).jpg

Le jardin
Créé de toute pièce, le jardin est lui-même une peinture vivante, changeant d’aspect selon l’heure et la saison et renouvelant ses perspectives au gré des mouvements du visiteur. On y retrouve les thèmes-clés et les propriétés distinctives de l’art de Monet, son goût pour l’illimité et l’aléatoire, le temps qui passe, l’espace en expansion, la fusion des objets dans un chevauchement de formes fluides – paillettes et coulées de lumière, moires de reflets, nuages, frondaisons... On y retrouve aussi son besoin d’un contact intime avec la nature : le jardin n’est pas un spectacle, à voir à distance, mais un milieu, où le visiteur se plonge littéralement.


Les deux options
C’est cet effet d’immersion, de communion physique et mentale avec les éléments, que le cycle des Nymphéas s’attache à communiquer. Il le fait selon deux formules définies dès l’origine. L’une englobe les rives du bassin et leur végétation touffue, étouffante : c’est celle des Bassins aux nymphéas de 1899-1900, puis des Ponts japonais des dernières années. L’autre, jouant au contraire sur le vide, ne retient que la nappe d’eau et sa ponctuation de fleurs et de reflets : c’est celle des Paysages d’eau (1903-1908), gros plans aux cadrages serrés organisés par séries, dont chaque pièce se présente comme un fragment ; c’est aussi et surtout celle du décor mural. Conçu dès 1897 (il reste quelques vestiges du projet initial), cet « environnement » avant la lettre mobilise toute l’énergie de l’artiste à partir de 1914. Il prend sa forme définitive dans le dispositif spatial de l’Orangerie : une frise panoramique se déployant presque sans rupture et enveloppant le spectateur.


Je vous présente maintenant le diaporama que j'ai réalisé...Il y a quelques photos de statues disposées autour du musée .Par contrec je n'ai pas mis les nombreuses photos des tableaux des diziaines de peintres dont les toiles sont exposées dans les salles au sous- sol du musée .Une autre fois..


Commentaires

Splendide ton diapo, Jack...
J'avais visité ce musée il y a déjà longtemps, avant qu'il ne soit fermé pour travaux.....
Mais je vois que les nymphéas sont vraiment bien mises en valeur....
J'ai l'impression de redécouvrir ces magnifiques tableaux.
Merci, et bonne soirée.
Anita.

Écrit par : anita | 26/01/2011

Bonsoir,
je visite, et découvre des photos de toute beauté, ainsi qu'un maniement des outils de présentation, très impressionnant pour moi, toute novice, et encore perdue avec les commandes,
j'ai été atirée par Monet, car j'ai encore plein la tête, plein les yeux, de ma visite au grand palais, la semaine dernière.
je reste très impressionnée par la beauté de tons blog
merci de le faire, aussi beau
Nicole ou colinelucie

Écrit par : colinelucie | 26/01/2011

je suis revenue juste pour votre musique.....

Écrit par : Lady Chatterley | 27/01/2011

je ne sais pas pourquoi mon ami ton blog est si large impossible de le voir en entier et c'est bien le seul blog qui me pose problème.Dommage mais c'est toujours un plaisir de te lire .
ton amitié est précieuse.et merci de ta visite .

Écrit par : heraime | 28/01/2011

oui la présentation est étonnante, mais elle nous force a mieux découvrir notre ami
mais pour l'instant parmi les bloguers que j'ai visités
il est le seul a nous informer en musique dès l'ouverture de son blog


comment faites vous?

Écrit par : Lady Chatterley | 28/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique