logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/09/2013

LE CLOITRE DE LA CATHEDRALE A VAISON LA ROMAINE

APRES LA CATHEDRALE,LE CLOITRE QUI SE SITUE JUSTE A COTE .VOUS POURREZ LE DECOUVRIR GRACE AU DIAPORAMA QUE J'AI REALISE...

Lien pour revoir la note sur la Cathédrale de Vaison
http://monpayslahauteprovence.blog50.com/archive/2009/09/...

2009.08.26 Le cloitre Vaison la romaine 23 (5).jpg



podcast


Le cloître qui s’élève au nord de la cathédrale, abritait les chanoines. Le plan de l’édifice, quatre galeries enserrant une cour, rappelle la fonction du péristyle de la maison romaine : éclairer, aérer et relier des pièces. Ainsi le cloître desservait la cathédrale et les salles réservées aux chanoines : l’armarium (c’est-à-dire la bibliothèque), la salle capitulaire, le réfectoire et la cuisine, le cellier, le dortoir… Des vestiges des installations propres à la vie quotidienne, seul subsiste le lavabo dans la galerie nord. Il se présente sous la forme d’une simple cavité établie dans l’épaisseur du mur et en relation avec un puits. Sobres et harmonieuses, les galeries sont ajourées de petites arcatures qui font entrer la lumière provenant de la cour centrale. Elles sont appuyées sur des colonnettes avec chapiteau et sont surmontées par des arcs plus grands. La plupart des chapiteaux sont décorés de feuilles d’eau (palmettes), mais sur quelques-uns, dans la galerie ouest, on peut admirer des feuilles d’acanthes, des entrelacs, et de petits personnages stylisés. Ces décors sont sculptés dans des blocs de marbre récupérés par les artisans du moyen-âge sur les vestiges antiques. Plusieurs qualité et couleurs de marbre se voisine. Il faut s’approcher pour découvrir la finesse de ce matériau recouvert par une fine couche de calcaire qui s’est déposée au fils des ans. En dehors de ce décor traditionnel, il faut signaler une gravure insolite qui éveille la curiosité : Elle s’intègre dans la clef de linteau de la porte ouest : Il s’agit d’un visage masculin. Les yeux en amande, le nez droit, la barbe bifide rappellent les représentations byzantines du christ. Ce qui surprend, ce sont les cornes de taureau qu’il porte sur la tête. Elles donnent souvent lieu à des interprétations variées : A-t-on là un christ ? Est-il représenté en chef gaulois, ou en lien avec le culte de Mythra ou encore avec un symbole lunaire ? En poursuivant la visite, on débouche dans le jardin qui offre une belle vue sur le clocher massif et crénelé. L’inscription monumentale en latin que l’on suit sur le bas-côté de la cathédrale est exceptionnelle par sa taille et rappelle en cela les grandes dédicaces antiques. Il s’agit d’une invitation à vivre selon la règle de l’Eglise. On y trouve la notion classique de l’opposition entre l’Aquilon (le nord qui est le péché) et l’Auster (le sud qui est la ferveur). Le cloître abrite également quelques éléments lapidaires chrétiens de différentes époques dont on ne citera que quelques pièces : un très beau sarcophage en marbre du IVème siècle présente les douze apôtres. A côté, on remarquera des inscriptions funéraires paléochrétiennes de la fin du IIIe siècle ou du début du IVème siècle. Plus loin, une croix à double face de la fin du XVème siècle est ornée du christ et de la vierge sur l’autre face. Elle ornait le tombeau de la famille de Blégier (Hôtel particulier à la Haute-Ville) Enfin des fragments de chancels et des pierres tombales complètent la collection présentée dans les galeries …

Pour comprendre la disparition de la ville médiévale qui comptait en plus de sa cathédrale, de son cloître, des édifices civils et des maisons particulières, il faut rappeler les querelles de possession qui ont opposées les comtes de Toulouse et les évêques. La ville a subi des attaques des gens du comte de Toulouse qui voulait récupérer ses biens. Dégradations, pillages, incendies se sont succédés à partir de la seconde moitié du XIIème siècle. Ces rivalités qui se sont étalées sur plusieurs générations ont engendré une modification importante de l’urbanisme. Elle commence avec la construction de la tour comtale, qui deviendra le château, sur la rive gauche, s’accompagne de la désertion de la population qui fuit la vallée. Au final, l’attraction du château et les espoirs de paix expliquent l’abandon de la cité médiévale au XIIIème siècle pour la nouvelle ville haute.


Voici le diaporama que j'ai réalisé Ne pas oublier d'arrêter la musique en cours...


Commentaires

Bonjour Jacques

Cet été, une amie m'a invité au mariage de son fils, célébré dans la cathédrale de Vaison. Et bien des photos du couple ont eu pour cadre ce magnifique cloitre . La pierre blanche encadrait fort joliment la robe de la mariée.

Christian

Écrit par : Christian | 02/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique