logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/03/2009

SALE TEMPS POUR LES GRENOUILLES ...

medium_Grenouille2.jpg


Récemment ,j'ai reçu ce texte de Jacques Mazerat

Décidément, il n’y a pas un jour sans que les rémunérations des grands patrons *sous leurs formes les plus choquantes, ne soulèvent l’indignation de la population. Très attentifs à ne pas laisser monter la colère du peuple, le président de la république, les ministres, les ténors de la majorité et les représentants du MEDEF s’indignent avec une spontanéité calculée, jurant qu’ils vont y mettre bon ordre, mais sans contrainte. Il ne faut fâcher personne.



Pourtant, ce ne sont pas les montants des ces compléments de rémunération, si choquant soient-ils au regard des salaires moyens, mais bien plutôt que toute l’économie libérale soit calibrée pour permettre ces rémunérations exorbitantes qui est abject. Ce qui est mortifère, à un niveau que nous, communs des mortels, avons du mal à imaginer, c’est que ce système en crise, qui dirige la globalisation pour peu de meilleur et beaucoup de pire, a été calibré par les dirigeants politiques que les peuples ont élu. Ce qui est vénéneux, comme le pire des champignons, c’est que le système économique global ait été conçu pour répondre à l’intérêt de cette poignée de chefs d’entreprise qui se font remarquer par leur insatiable envie d’accaparer une part injustifiée de la richesse créée par le travail des hommes et des femmes normaux. Plus trivialement je me foutrais volontiers de ce que gagnent quelques personnages au mental déréglé, si les conditions qui permettent à leur addiction de s’épanouir, ne gâchaient pas la vie de millions et milliers de millions d’hommes et de femmes normaux.

Quel menuisier serait assez fou pour construire une échelle en fonction du seul dernier barreau ? C’est pourtant ce qu’ont fait les dirigeants du monde, car la plupart du temps les déréglés de l’accumulation ont opéré à l’abri de lois censées concourir à l’intérêt général.

Et comme si un tel mal ne suffisait pas, ce système, dont la faillite répand la souffrance, la misère et la mort à une échelle jamais connue, sélectionne les dirigeants les plus agressifs. L’assouvissement de leur penchant contre nature nécessite, avant tout, l’envie de dominer et le goût du combat de façon déraisonnable.

Pouvons nous penser que ceux-là même qui nous ont conduit vers cette crise trouveront les solutions pour nous en sortir ?



Parabole

Un jour au bord d’une rivière se trouvait Dame grenouille. Elle admirait l’eau, sa surface scintillante. Les insectes qui l’effleuraient dans un bal frénétique lui faisaient monter la salive à la bouche. La traversée serait l’occasion de quelques gourmandises.

Alors qu’elle s’apprêtait à sauter dans l’eau pour passer de l’autre côté, elle entendit une voix connue la saluer. Elle se retourna prête à bondir. Monsieur scorpion, habituellement infréquentable, la salua de nouveau dans un accès d’urbanité peu coutumier chez lui et les siens.

- Bonjour Madame grenouille, comment allez-vous ?

- Bien monsieur Scorpion, et que me vaut votre attention ?

- C’est-à-dire que je voudrais traverser la rivière, et je ne sais pas nager comme vous. Auriez-vous l’amabilité de me prendre sur votre dos ?

- Mais vous n’y pensez pas ! Les miens et d’autres de mon genre ont trop eu à souffrir de vos piqûres. Aucun ne s’en est tiré. Et vous voudriez que je vous prenne sur mon dos ?

- Madame grenouille, comprenez moi, je dois absolument traverser cette rivière, et qui mieux que vous pourrait me faire traverser ? Je sais que vous nous reprochez, avec raison, des positions, des attitudes, légèrement agressives. Pour ma part, j’ai beaucoup progressé, et pour tout dire je pratique l’ouverture.

-Ecoutez monsieur scorpion, j’aimerais vous rendre service, mais votre passé ne plaide pas pour vous.

Monsieur scorpion, sentant que Madame grenouille fléchissait, redoubla de charme et de persuasion.

- Madame grenouille, faites moi confiance. J’ai changé, j’agis en toute transparence. Je suis raisonnable. J’ai opéré une rupture dans ma façon de vivre.

Ces mots chantaient à l’oreille de madame grenouille. Changé lui faisait penser à la surface de l’eau changeante lorsque qu’un « ventoulet » faisait frémir les feuilles des arbres de la berge. Transparence lui rappelait le trou d’eau sous le barrage, lorsque le calme permet au regard de franchir toute la lame d’eau. Rupture, c’était la chute d’eau, au moulin.

- Vous n’allez pas essayer de me taquiner avec votre aiguillon, pour me faire peur ?

- N’ayez crainte Madame grenouille, vous ne serez pas déçue.

Séduite, Madame grenouille fit signe à Monsieur scorpion de monter sur son dos. Celui-ci, un peu apeuré se permit une réflexion :

- Vous n’allez pas plonger ce coup-ci ?

- N’ayez crainte, tout va bien se passer, répondit la grenouille.

Et de fait, tout allait bien. Le mitant de la rivière était atteint, lorsque Madame grenouille ressentit sur le dos une violente douleur qui la ramena instantanément à la réalité :

- Mais scorpion, qu’est-ce que vous avez fait, vous m’avez piqué. Nous allons mourir tous les deux. Mais vous êtes fou !

- J’y peux rien, Madame grenouille. C’est plus fort que moi, il faut que je pique, c’est ma nature.

medium_y1p-WhZMowcM_Wxctv40cWpKbCD0CFZFzm_kXZVQXepsANNtQtv_y_XoI0WWsT5CXI3GO7hgeySVzo.jpg



Ainsi en ira-t-il de ceux qui nous ont conduit à cette catastrophe, qu’en prétendant corriger ce qu’ils avaient rendu possible, ils construiront avec application le prochaine crise. Non par calcul diabolique, mais parce qu’ils ne s’ont pas outillés intellectuellement pour corriger la tragédie qu’ils ont à leur actif.



Pire, si nous n’y prenons garde ils nous conduiront à la guerre globale.

C’est pour cette raison que tous les hommes et les femmes de bonne volonté doivent faire de la politique.


Jacques Mazérat





*Ceux qui se sont rappelé à notre bon souvenir ces derniers jours :

Daniel Bouton Société Générale, Thierry Morin Valeo, Gérard Mestrallet et Jean-François Cirelli Gaz de France.

Commentaires

je connaissais l'histoire, d'origine africaine, avec un crocodile... la "moralité" est la même
amitiés

Écrit par : henri | 31/03/2009

Répondre à ce commentaire

C'est vrai, nous sommes dans le "calibrage vénéneux", un système d'auto-empoisonnement. De là à être "outillés intellectuellement".... Rien n'est moins sûr, nous avons trop développé notre goût pour le bénéfice individuel au détriment de l'équilibre du tout.

Cette histoire de grenouille est très explicite et digne des fables de Monsieur de La Fontaine.

Mais nous ne sommes pas à l'ère de la sagesse.

Bonne soirée tout de même Jacques et Bises. Monique

Écrit par : monique | 01/04/2009

Répondre à ce commentaire

L'histoire de la grenouille illustre bien ton texte sur le tout économique que nous vivons...Mais il y aura-t-il un capitaine courageux pour redresser la barre...où, irons-nous à la dérive, en oubliant l'éthique, la responsabilité, ce siècle a besoin d'Amour!!


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 01/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bien vrai tout cela.Il y en a d'autres aujourd'hui qui viennent allonger la liste des rappelés au bon souvenir.Amicalement

Écrit par : Allier-née | 02/04/2009

Répondre à ce commentaire

On peut se poser la question mais est ce que cela va s'arrêter un jour J'ai l'impression qu'on n'a pas fini d"avoir des surprises

Écrit par : fleurbleu | 02/04/2009

Répondre à ce commentaire

Coucou en passant avec le soleil d'ici !

Belle moralité et cela ressemble !!!
Bonne journée !

Bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 04/04/2009

Répondre à ce commentaire

point de nouvelle note, serais-tu en vadrouille?


j'attends donc ton retour avec quelques fables évoquant les requins de toutes eaux,
les faux culs et les roublards, enfin , tous ceux qui nous gouvernent et nous grugent.

Je suis de plus en plus sceptique sur l'avenir et dubitative sur le reste...

A bien vite, ami provençal,

Fanfan du Fatras

Écrit par : framboisine | 06/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jacques

De retour de voyage, je te découvre aussi absent depuis quelques jours. Aujourd'hui, c'est le vice président de Suez qui est épinglé pour avoir triplé son salaire en 2008 !

Il est temps de bâtir l'échelle du bon menuisier avec une dizaine de barreaux entre le revenu le plus bas et celui du haut. Cela suffit amplement !

La colère de quelques uns qui séquestrent les dirigeants n'est que le début d'une insurrection à venir d'un plus grand nombre.

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 09/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bon fin de semaine, bises de Romans! Pascal.

Écrit par : Djemaa | 10/04/2009

Répondre à ce commentaire

Joyeuses PAQUES et fais nous encore quelques colères bien justifiées.Amicalement

Écrit par : Allier-née | 10/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bonnes fêtes de Pâques, certainement en famille. Amitié.Renée

Écrit par : Renée | 11/04/2009

Répondre à ce commentaire

j'ai bien digéré ta soupe à la grenouille,


j'attends ton retour et te souhaite de belles fêtes de Pâques, mon cher Jacques,


amicales pensées béarnaises,
Fanfan du Fatras

Écrit par : framboisine | 12/04/2009

Répondre à ce commentaire

Amitiés d'Auvergne.....

Écrit par : Allier-née | 13/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Jacques,

Un petit saut chez toi qui semble avoir pris de longues vacances..mais je sais que tu vas revenir et peut être aurons- nous le plaisir de "lire" tes photos.

J'ai beaucoup aimé ta promenade dans le Lot,( ah, mais bon sang bien sûr, je suis le petit poucet et j'avais semé des cailloux!).


Bises et à bientôt ton retour

betty

Écrit par : betty | 16/04/2009

Répondre à ce commentaire

Je regarde tes belles photos de Bretagne chez Crabillou.A bientôt .Amitiés

Écrit par : Allier-née | 20/04/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique