logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/02/2009

CE MATIN UN CHASSEUR.....

VOILA UNE QUESTION QUI DECHAINE BIEN DES PASSIONS !!!L'ASSOCIATION FERUS http://www.ferus.org/A UNE APPROCHE NTERESSANTE QUE JE PARTAGE ....







Un loup abattu en Haute-Savoie :

Un loup a été abattu par un chasseur du Petit-Bornand (Haute-Savoie) le jeudi 12 février. Le chasseur a été mis en examen à l’issue de sa garde à vue.Aussitôt les faits connus, Ferus a décidé de porter plainte et s’est constitué partie civile. Il salue le sérieux avec lequel les autorités policières et judiciaires ont traité l’affaire dans les premiers jours.Cela paraît normal, mais n’avait malheureusement pas été le cas dans les Pyrénées puisque le chasseur qui a blessé l’ours Balou n’a jamais été inquiété.

Ferus est consterné par le comportement général des chasseurs devant le retour des prédateurs en France. Les dirigeants du monde de la chasse n’ont jamais vraiment admis le renouveau d’espèces sauvages qu’ils avaient combattues pendant des générations. Du bout des lèvres, ils disent qu’ils ne demandent pas leur éradication mais seulement leur régulation. Certains prennent moins de précautions. Le représentant des chasseurs dans le groupe national "loup" se laisse à déclarer que les chasseurs ne veulent pas de loups et dans le groupe national "ours" qu’ils ne veulent pas d’ours "slovènes", ce qui revient au même. Au niveau des fédérations départementales, beaucoup attisent le feu avec pour résultat une série de bavures dans tous les massifs montagneux français. Ces actes de braconnages sont toujours couverts par des dirigeants qui soutiennent les braconniers alors qu’ils devraient statutairement se porter partie civile contre eux. On se demande pourquoi les présidents des chasseurs tiennent tant à être officiellement agréés comme "protecteurs de la nature" puisqu’ils ne sont que des gestionnaires du gibier. On ne peut faire preuve d’aucune indulgence envers des personnes munies d’armes très dangereuses. La grande majorité des chasseurs de base respecte la loi, nous demandons la tolérance zéro pour ceux qui tirent sur les espèces protégées. Encore plus quand l’auteur "ne regrette pas son acte" et dit "s’être senti obligé d’agir" comme c’est le cas pour le tueur de loup (Dauphiné Libéré du 15 février).

Ferus est très inquiet pour la protection des espèces sauvages : les "autorités" locales n’y adhèrent pas beaucoup et n’y comprennent pas grand chose. Dans l’affaire présente, le député Martial Saddier, le président de la fédération des chasseurs Jean-Louis Prévond, des dirigeants agricoles réclament une diminution de la population de loups alors que les comptages de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage font état de deux ou trois loups sur l’ensemble du massif de Bornes en 2007-2008 ;c’est surréaliste. Et c’est faire preuve d’une ignorance absolue alors que les informations sur l’espèce sont très largement diffusées. Sur un territoire de plus de 20 000 hectares ne vit qu’une famille ou meute de loups, entre deux et une demi-douzaine d’individus selon les années. Aucune prolifération n’est possible. Et les tirs dits de prélèvement (auxquels Ferus est opposé, on le rappelle, à l’inverse de certains tirs de défense à proximité des troupeaux) n’ont jamais eu pour objectif de "réguler" la population de loups, c’est à dire de réduire la densité moyenne de loups sur l’ensemble de l’aire occupée, ce qui serait un non-sens écologique.La comparaison faite entre le loup et le sanglier par plusieurs de ces "autorités" en dit long sur leur ignorance...et sur les menaces qui planent sur toutes les espèces sauvages.


Ferus constate qu’un gros effort de communication reste à faire, les proies naturelles du loup ne sont pas des "victimes", ses attaques sur les chamois ou les cervidés ne constituent pas des "dégâts", et le loup n’a jamais fait disparaître ses proies naturelles. Ferus souhaite que le ministère de l’Ecologie et du Développement Durable et l’ONCFS soient davantage présents pour combattre les articles et les déclarations qui inlassablement accréditent l’idée que le loup (ou ailleurs le lynx) causent de graves dommages à la faune sauvage et qu’une intervention de l’homme contre eux s’impose pour rétablir les équilibres naturels. Il y a cinquante ans, le brochet était souvent considéré comme un nuisible dévoreur de gardons.Aujourd’hui on s’efforce de le préserver ce qui n’est pas facile, et les pêcheurs en déversent partout. Qui écrirait un article sur "des gardons victimes d’un brochet" ? Qui dramatiserait sur les sardines mangées par les dauphins et les baleines ? Combien de décennies faudra-t-il attendre pour que la presse locale cesse de monter en épingle le comportement banal des prédateurs envers leurs proies naturelles ?


Ferus va demander audience à la secrétaire d’Etat à l’Ecologie et au préfet de Haute-Savoie pour proposer des pistes qui permettraient de faire reculer le braconnage du loup dont les autorités ont probablement négligé l’importance. Il réclamera naturellement qu’en 2009 AUCUN LOUP ne soit attribué à la Haute Savoie au titre des tirs de prélèvement puisque l’abattage vient d’avoir lieu.

Commentaires

d'autant plus que souvent les proies sont les animaux faibles de la harde (de cervidés ou autres) ou du groupe d'animaux, ce qui renforce la selection naturelle au bénéfice de toute la faune dite prédatée.
quant aux moutons : je soulève la question du type d'élevage de montagne actuellement pratiquée : des troupeaux laissées sans surveillance, alors qu'autrefois le berger dormait à l'estive.
on (l'homme) veut jouer sur tous les tableaux.... à l'instar des pratiques agricoles démentes du sud de l'espagne qui font qu'elles atteignent par manque d'eau leurs limites et que les agriculteurs les plus avisés reviennent à des productions adaptées au sol et au climat, traditionnelles du pays.

je n'ai pas le gout des "traditions" par principe, mais l'homme n'est pas décideur sur tout, ne domine pas tout, ne peut imposer à la nature ses pratiques insensées, irréfléchies : c'est de toute façon, en dernière analyse, tout à son détriment.

belle note !

bisous

Béa

Écrit par : beatrice | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

Coucou du matin !

Qu'ils sont jolis tes loups dans cette neige . Il faudrait qu'ils trouvent une solution équitable car les animaux sauvages font partis des êtres vivants sur la terre comme nous . C'est vrai que parfois il y a des fous qui font du nettoyage d'humains aussi . Bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'ils sont beaux tes loups .Je partage ton opinion , il faut savoir que la nature est belle et cruelle . La chaine alimentaire est ce qu'elle est , le plus faible , le malade est mangé par le plus fort .Le renard régule ses populations en fonction du nombre de rongeurs présents sur son territoire . Merci pour ce reportage qui rétablit des vérités que certains ont trop tendance à oublier . Amitiés

Écrit par : gérard | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jacques

Ce n'est pas une harde de loup qui décimera les chamois ! Que les bergers n'apprécient pas le fait de devoir protéger leurs troupeaux, s'entourer de chiens et dormir en montagne, je le comprends. Que cela entraîne des frais et qu'il faille rémunérer à un prix plus élevé le mouton d'alpage, cela me semble normal. Mais que des chasseurs ou braconniers soient en dehors des lois, c'est condemnable, tout simplement.

S'il existe certes des personnes armées d'un fusil que je respecte, il y en a bien plus par chez moi que je considère comme des ignares et des pauvres types, tirant sur la perdrix au sol et le lièvre au gîte.

Voila pourquoi j'ai raccroché le fusil il y a 40 ans en France.

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

je ne connais pas le statut des loups ,
je ne peux que mettre mon grain de sel en ce qui concerne les ours en Pyrénées,

Les slovènes réintroduits viennent de régions giboyeuses et sauvages,
leur arrivée dans nos vallées ,touristiques, circulantes , , passantes +++(les camions d'Espagne ) avec des estives et des transhumances n'a pas été pour eux un cadeau,
Mal nourris par le terrain, ils ont naturellement attaqué les troupeaux, d'où la colère et l'inquiétude des bergers
pas assez de nourriture, routes à traverser, vie pastorale intense...
Si les ours disparaissent des Pyrénées, c'est pour ces raisons, donc une réintroduction artificielle me semble plus qu'hasardeuse.Tu nous as bien , très bien parlé, d'espèces que l'évolution a fait disparaître.

En ce qui concerne le loup, local , il doit continuer à participer à la chaîne alimentaire et à l'équilibre des espèces puisqu'il appartient au terrain.
Pas spécialiste pour deux sous, mais très intéressée par ces questions, je donne un avis archi amateur, bien entendu, Belle journée, fanfan

Écrit par : framboisine | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

Encore une belle leçon sur ces animaux superbes mais aux moeurs inconnues pour moi. Aussi je lis avec beaucoup d'intérêt ta documentation, je ne connaissais qu'Hélène Grimaud pour avoir la passion des loups et j'avais lu son livre où elle en faisait les louanges.



Merci et bises
hélène

Écrit par : hélène | 18/02/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique