logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/11/2008

LAIT.... TOUT VA DE MAL EN PIS !!!

Productions laitières


70% des exploitations de vaches laitières ont disparu depuis 1984, passant de 385 000 à 97 000 en 2006.
Cette restructuration, avalisée par les pouvoirs publics, n’a pas permis de conforter les plus faibles références : 16% des fermes laitières produisent actuellement moins de 100 000 litres de lait.

En 2003, la réforme de la PAC selon les accords de Luxembourg a instauré la fin de l’Organisation commune de marché du lait de vache. Elle a prévu la baisse du prix d’intervention des produits industriels exportés que les transformateurs ont répercuté depuis 2001 sur le prix du lait à la production. Cette baisse du prix payé aux producteurs ne profite qu’aux actionnaires de certaines entreprises de transformation. L’augmentation du quota européen déstabilisera l’offre alors que la demande est en réduction. Pour la France, cette augmentation est de 1,5%, soit 360 000 tonnes entre 2006 et 2008.

En 2005, le prix de base moyen pratiqué au niveau national est de 277 euros/1000 litres, contre 310 euros/1000 litres en 2001. Pour un producteur moyen de 200 000 litres de référence laitière, la baisse de chiffre d'affaire représente 6600 euros, ceci sans tenir compte de l'inflation. Avec la hausse des charges, le revenu des producteurs est d'autant plus affaibli (mise aux normes, hausse des coûts énergétiques, du prix du carburant...).

La production de lait de brebis est aujourd’hui caractérisée par une forte concentration à l’intérieur des trois bassins Corse, Pays Basque et Roquefort. Hors des valorisations traditionnelles de ces régions, une véritable demande de fromages au lait de brebis existe. Alors que les industriels tentent de s’accaparer l’exclusivité de la transformation et de la valorisation du lait de brebis, il est nécessaire de proposer des installations dans ce secteur non saturé et non contingent.


Volumes de lait
pour l’Office interprofessionnel, tout va bien !

Communiqué de presse - 24 nov 2008

La proposition de la Confédération Paysanne de réduire les prêts de fin de campagne, en limitant les autorisations de dépassement de références aux productions inférieures à 140 000 l avec un plafond de 10 000 l, n’a pas été débattue au sein du Conseil de Direction des filières laitières de l’Office de l’élevage lors de sa séance du 20 novembre 2008.


Ce Conseil avait pleinement le pouvoir de contribuer à rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande.


Pour les représentants des coopératives, des industriels et de la FNSEA, il n’y a visiblement pas d’inquiétudes à avoir sur la conjoncture. L’augmentation des stocks, ainsi que les perspectives de consommation dans un proche avenir ne doivent donc pas entraîner de baisse du prix payé aux producteurs !


Un rendez-vous manqué d’activer la maîtrise des volumes, pourquoi ?



LE SITE DE LA CONF':
http://www.confederationpaysanne.fr/index.php

Commentaires

Moins de 100 000 l. , c'est surement le cas des exploitations des hautes alpes . Où veulent ils aller ? Ici j'ai le plaisir de manger des fromages de brebis d'un " local" . J'espère qu'il pourra tenir . Amitiés des alpes

Écrit par : l'Alpin | 30/11/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique