logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/09/2008

LA POSTE EN PERIL !!!VICTIME DE L'IDEOLOGIE LIBERALE !!

medium_file_349841_65841.jpg



Le président de La Poste a annoncé par voie de presse son intention de changer le statut de l’établissement public. Cette annonce du début de l’été a été longuement préparée, même si la direction de La Poste prétend le contraire. En effet, des banques d’affaires, cabinet de juristes et consultants travaillent sur ce projet depuis des longs mois à la demande discrète du gouvernement.

De faux arguments pour une vraie idéologie.
La « directive postale » qui doit s’appliquer à partir de 2011 prévoit, outre la fin de la péréquation tarifaire, l’ouverture totale à la concurrence.
En fait « l’obsession libérale », qui gangrène la grande majorité des dirigeants européens, et surtout la Commission européenne, veut la fin des services publics.
Les gouvernements français précédents ont bien tenté de gagner du temps pour infléchir le commissaire chargé de la concurrence, l’actuel gouvernement est entré, lui, de plein fouet dans le jeu libéral.
De faux arguments sont mis en avant afin de justifier une opération purement idéologique.



« Le statut public obère le développement de La Poste »
FAUX ! Depuis des années La Poste public a créé 102 filiales et s’est développée à l’étranger par l’achat d’entreprises publiques telles que le réseau DPD en Allemagne.
La Poste a également développé des partenariats avec la MATMUT, le Crédit Municipal de Paris, Air France / KLM, TNT, etc.
Elle a investi 3,4 milliards d’euro sur 7 ans pour la rénovation de son réseau.

« Le statut public est incompatible avec la concurrence »
FAUX ! Depuis la loi de 1923, portant création du budget annexe (abrogé à la suite de la loi du 2 juillet 1990) La Poste est en concurrence sur tous les produits financiers, la publicité et les colis. Seul le courrier de moins de 50g est encore soumis au monopole.
Tous les produits sont actuellement en augmentation (+ 8% pour l’express, + 7% pour le colis, etc.) Seul le courrier est en recul, mais il l’est également pour les postes privatisées (Allemagne, Pays Bas)


« Il faut ouvrir le capital pour préserver l’unité de La Poste »
FAUX ! La stratégie des dirigeants actuels de La Poste a consisté à démanteler progressivement l’unité de l’établissement public par la création de trois entités distinctes : la Banque Postale (déjà privée), le Courrier-Colis et l’enseigne (les bureaux de poste). Ces trois entités ont leurs propres directions territoriales, édictent des règles distinctes, etc.Or les postes allemandes et néerlandaises, déjà privatisées, ont été découpées, remodelées. Aujourd’hui la Postbank est en vente.En effet les dirigeants de La Poste se sont préparés à la privatisation en commençant le travail de démantèlement pour mieux casser le service public et envisager des alliances par activités pour mieux revendre si les actionnaires le décident.

« L’Europe impose la privatisation »
FAUX ! Les traités européens n’imposent pas le changement de statut en cas d’ouverture des marchés.
Quelles ont été les conséquences de la privatisation des postes allemande et néerlandaise ? Tout le contraire de ce qu’on nous raconte. La Poste allemande est devenue une poste sans bureau de poste. Elle connaît de vrais problèmes financiers et sa cotation en bourse est médiocre. En Suède, la poste a fermé un tiers de ses bureaux et supprimé un tiers de ses emplois. Au Pays-Bas l’opérateur postal privé a dû vendre sa filiale de messagerie express, etc.




Les vraies conséquences
La privatisation de La Poste aura pour conséquences :

L’accélération du démantèlement déjà commencé.
La fin des comptes courants ouverts aux plus démunis (c’est actuellement une obligation prévue par la loi du 2 juillet 1990)
La fin des bureaux de poste en milieu rural et zones suburbaines sensibles. La disparition des bureaux de poste, outre les suppressions d’emploi qu’elle va entraîner, va aller directement à l’encontre de l’égalité républicaine. Selon que l’on réside en grande métropole ou dans la France profonde, nous n’aurons plus le même service rendu. Les uns iront chercher leur lettre recommandée en instance au bistrot du coin (bonjour la discrétion), les autres auront droit au guichet postal sécurisé.
La fin du service public, donc un coup de poignard de plus dans l’égalité républicaine. Le timbre ne sera plus calculé au poids, mais au poids et à la distance. Le facteur ne passera pas tous les jours, mais deux à trois fois par semaine en milieu rural. Certains envisagent même des batteries de boîtes à lettres au milieu de la commune.

Face à cela les syndicats se mobilisent. Une grève est prévue le 23 septembre. Mais l’idée d’exiger un référendum sur l’avenir du statut postal fait son chemin.
L’article 11 révisé de la Constitution prévoit que : « toute réforme relative à la politique économique sociale ou environnementale de la Nation et aux services publics qui y concourent » peut motiver une proposition de loi soutenue par un dixième du corps électoral et porté par un cinquième des parlementaires.

Le syndicat FO a appelé à un référendum sur La Poste, initiative soutenue par SUD et CFTC. En se joignant au Comité national contre la privatisation et pour un référendum sur la poste avec de nombreuses autres organisations l’UFAL ne manque pas de participer à ce combat, car ce sont bien aujourd’hui les principes intangibles de la République laïque qui sont menacés.

par Jean-Paul Wagner

administrateur de l'UFAL
(Article trouvé sur le site de l'union des familles laÏques )

medium_805952-966763.jpg

Commentaires

Comme tu as raison mon ami,on est entrain de casser tout ce qui fonctionnait bien en France et c'est sacrément dommage,tout ça aunom d'un profit plus que discutable.Ah ,tu peux me croire,on est bien gouverné.Salut ami

Écrit par : heraime | 23/09/2008

Répondre à ce commentaire

aprés la lecture de ton article j'adhére totalement au commentaire de mon ami Hearime Où allons nous? Amicalement Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 23/09/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour
Ce n'est pas récent cette volonté de privatisation de la Poste. l'idée a commencé à germet dans latête des dirigeants politique et des PTT dans le milieu des années 1970. En 1984 est paru le premier rapport qui ciblait le sujet le rapport Chevalier suivi par le projet Quilès qui est devenu une réalité au début des années 1990. C'était la séparation des antités Poste et télécom. dans un premier temps, avec une réforme en profondeur des statuts des personnels. Ca a été une bagarre rude menée par quelques organisations syndicales et le personnel des deux entités. Le miroir aux alouettes était installé et il faut dire que beaucoup y ont cru en cela aidé par la CFDT qui était le porte parole fidèle et zélé des directions. Beaucoup en ont été déçus et des déroulements de carrières au rabais. Sud n'existait pas ou peu dans les services, puiqu'il s'est en grande partie constitué avec les déçus et transfuges de la CFDT . Quand à la CFTC elle était (et est toujours) pratiquement inexistante même dans les grands services . La mise en place des filiales, la disparitions de grands services a été le point de départ de la casse. France télécom a été privatisé et la plus grande majorité du personnel est sous régime privé. Les fonctionnaires ont été priés de vider les lieux à 55 ans. Quand à la poste, les restructurations des centres de tri, la disparitions des ambulants, des garages, des bureaux de poste transformés en agences postales puis en relais postaux.... et j'en passe ont conduit à une accélération vers la privatisation quoique qu'en disent les politiques. Les CCP transformés en Banque postale, ce n'est pas fortuit. Le mot d'ordre c'est maintenant rentabilité, compétitivité, on place des produits en veux tu en voilà, la pression sur les personnels est énorme dans tous les services. Près de la moitié sont maintenant des contractuels sous convention privée...
Ce qui me titille dans ton article c'est le manque de référence à la CGT qui a pour une large part mener des luttes mémorables seule, tout en rassemblant une masse de salariés. C'est vrai que toute cette période et ce pan d'histoire de la poste demanderait des heures et même des jours pour être expliquée fondamentalement et ce n'est certes pas le lieu du blog.
Pour autant j'aurais bien aimé et j'aimerais encore que ces associations qui se posent en défenseurs des services public de la Poste ou d'ailleurs se retrouvent à nos côtés dans les manif avec banderolles et voix hautes pour dénoncer ce qui est programmé et surtout y mettre un coup d'arrêt. Les usagers aussi devraient bien prendre conscience de ce qu'une telle privatisation entrainerait dans leur vie quotidienne surtout pour ceux des régions difficiles d'accès comme les régions de montagnes par exemple. Ce ne sera probablement plus 55 cts d'Euros le timbre..... mais qui va le croire..... Sûrement que je te parais passionnée par la question. En fait c'est toute la question de la remise en cause des services publics qui me passionne et même retraitée (de la Poste) j'y met mon énergie pour être aux côtés de ceux qui se battent pour les garder dans des conditions optimum. Postière j'ai été, postière je resterais et usager j'ai toujours été et pour moi ce sera NON ET ENCORE NON A LA PRIVATISATION.
Bonne fin de journée et à bientôt
ANNIE

Écrit par : Maminie | 23/09/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique