logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/10/2007

NOTRE DAME DU BOURG A DIGNE (Alpes de haute Provence)

LORS DE LA JOURNEE DU PATRIMOINE ,LE SOLEIL AIDANT ,JE SUIS ALLE FLANER DU COTE DE LA CATHEDRALE QUE JE CONNAIS BIEN .J'AI FAIT QUELQUES CLICHES QUE JE VOUS PRESENTE AVEC UN PETIT HISTORIQUE.IL Y AVAIT DU MONDE ET JE N'AI PAS PU PHOTOGRAPHIER COMME JE VOULAIS TOUS LES ASPECTS DE CE MAGNIFIQUE BATIMENT !AUSSI J'Y RETOURNERAI !(c'est fait et j'ai ajouté des photos..)
MAIS TRES BIENTOT JE VOUS PARLERAI DES VITRAUX REALISES PAR L'ARTISTE CANADIEN DAVID RABINOWITCH.

JE SUIS DESOLE POUR CEUX QUI N'AIMENT PAS LES EGLISES ,MAIS VOUS LE SAVEZ DEJA ,JE SUIS PASSIONNE D'ART ROMAN

COMME CETTE CATHEDRALE EST DEDIEE A "NOTRE DAME "JE VOUS PROPOSE D'ECOUTER LE GLORIA DE LA MESSE AVE MARIS STELLA DE JOSQUIN DESPREZ PAR L'ENSEMBLE A SEI VOCI


podcast





LE PORTAIL


LE HAUT DE LA FACADE OUEST


2007.09.15 Notre Dame du Bourg Digne 67 (30).jpg








LE CLOCHER ,DONT IL NE RESTE QUE LA BASE,ET DETAIL DE LA CONSTRUCTION.


PORTAIL :LES COLONNES DE DROITE sur lesquelles reposent les voussures.


LES COLONNES DE GAUCHE


PETIT PERSONNAGE CACHE DANS LA VOUSSURE.


BASES DES COLONNES ECLAIREE PAR LE SOLEIL COUCHANT.




LES DEUX LIONS GARDANT L'ENTREE DE LA CATHEDRALE


LE CHEVET PLAT ,A L'EST,ET SES TROIS FENETRES.


UNE DES FENETRES DU MUR SUD

MAINTENANT QUE NOUS AVONS VU L'EXTERIEUR PENETRONS DANS LA NEF....

LA VOUTE EN ARC BRISE.






LE MUR SUD LOGIQUEMENT PERCE DE FENETRES


PILIER BRISE SUR LE MUR NORD DE LA NEF


LE BRAS DU TRANSEPT SUD.








LE CHOEUR ET SON CHEVET PLAT PERCE DE TROIS FENETRES

Historique
Isolée de la cité médiévale bâtie autour de l’ancien château épiscopal sur la crête dominant la vallée de la Bléone, la cathédrale Notre Dame du Bourg se présente comme un bel édifice encore roman d’apparence implanté dans une vaste aire cimétériale, au cœur de l’étroite vallée de Mardaric, centre autrefois du quartier canonial fortifié. Cette curieuse dualité topographique a toujours posé problème et laissé supposer, depuis Pierre Gassendi, l’illustre prévôt du chapître en 1654, la présence de la ville antique à cet emplacement. Cette opinon, reprise au XIXe siècle par F. Guichard et le chanoine Cruvellier, puis combattue par G. Bailhache et R. Doré en 1932, se trouve aujourd’hui confirmée par les résultats convergents des fouilles récentes.

L’on est en revanche encore mal renseigné sur les origines exactes de l’évêché de Digne. Son histoire pourrait remonter à la fin du IVe siècle selon la tradition – contestée - qui attribue aux saints Domnin, évêque de Grenoble, et Vincent l’évangélisation de la région. Une petite église dédiée à Marie Mère de Dieu aurait alors été bâtie et l’évêque d’Embrun Marcelin serait venu le consacrer. Aucune preuve ne permettait pourtant de faire remonter à une période aussi précoce la christianisation de la cité dignoise, bien attestée par les textes à partir seulement du tout début du VIe siècle. Tout au plus pouvait-on faire remarquer que le vocable de Saint-Vincent est encore attribué à une chapelle d’origine peut-être funéraire établie sur la crête au-dessus de Notre Dame du Bourg. Ou que des vestiges des Ve - VIe siècles, fragments de sarcophages et autel-cippe chrétiens, furent retrouvés en plusieurs points de la cathédrale. Ou encore que des chapiteaux assez archaïques sont en remploi dans les parties hautes du clocher, lui-même plus ancien que la nef contre laquelle il s’accole.

La localisation même de la cathédrale médiévale à cet emplacement ne faisait par contre pas de doute puisque, à partir de 1180, le vocable et la fonction sont clairement affirmés dans les chartes du chapître. Date précoce cependant pour l’architecture conservée, l’église étant conçue sur un plan et une élévation d’une ampleur exceptionnelle. Ceci conduit J. Thirion, son dernier historien, à attribuer sa reconstruction à l’évêque Guigues de Revel vers 1185, le chantier ayant pu se terminer, selon lui, vers 1220 - 1230. Ceci aurait imposé un travail rapide, contredit en fait par les découvertes récentes. Sans doute faut-il tenir compte de la date de consécration (1330) indiquée sur le revers de la façade en se rappelant cependant que, dès cette période, deux chapelles complémentaires avaient été bâties sur le flanc nord de la cathédrale : l’une vers 1315, dédiée à Sainte Anne par l’évêque Raynaud de Porcellet, l’autre dédiée à Saint Elzéar par l’évêque Elzéar de Villeneuve, celui-là même qui procéda à la consécration de la cathédrale.

Celle-ci fut conçue sur un plan en croix latine aux anomalies habilement masquées par l’utilisation d’un transept bas et d’une voûte en berceau brisé sur doubleaux qui se poursuit jusqu’au contact du chevet plat surbaissé mais largement éclairé par un beau triplet de fenêtres. L’édifice s’impose par son unité apparente et sa réelle majesté. Orné d’un beau portail de type lombard, il était aussi richement décoré intérieurement comme le prouvent les nombreux prix-faits et inventaires qui en décrivent le mobilier et les peintures murales réalisées au XIVe siècle (treize grands médaillons circulaires) ou dans la seconde moitié du XVe siècle (Jugement Dernier, au sud, Annonciation et scène de martyr au nord).













Dès cette période cependant, le déclin commençait en raison du repli des habitants vers la ville haute mieux protégée et favorisée par la création intra-muros de l’église Saint-Jérôme (1490-1500). Les désastres suscités par les guerres de religion (cinq pillages entre 1562 et 1593) allaient aboutir à une ruine quasi totale du monument lui-même (rapport du juge de Digne en 1572) comme des tombes qui s’y trouvaient et qui furent brisées par les « salpêtriés » du Duc d’Epernon… De tels dommages étaient presque irréversibles. Malgré des consolidations immédiates décidées en 1613 et un effort de rénovation intérieures entrepris, semble-t-il, à l’initiative de Pierre Gassendi dans les décennies suivantes, la cathédrale présentait encore un aspect assez misérable autour de 1800, lorsque Constantin la dessina. Surtout, sa fonction semble n’avoir été alors que funéraire. Ce phénomène, extraordinairement apparent lors des fouilles – et ceci au moins jusqu’au milieu du XVIIe siècle – s’impose également à l’extérieur où le développement des cimetières effaça peu à peu les traces de l’ancien bourg canonial.

Classée Monument Historique en 1840, cette cathédrale, seule en France à être restée propriété municipale, fut l’objet de consolidations à la fin du XIXe siècle sous la direction de l’architecte Jacob. Des travaux d’assèchement et d’assainissement extérieurs furent effectués en 1917. Mais ce n’est que tout récemment, à partir de 1978, que le développement urbain environnant et la volonté de redonner vie à l’édifice entraînèrent la mise au point d’un véritable programme de restauration accompagné d’une recherche d’ensemble sur l’ancienne cathédrale.


CRUCIFIX PLACE DANS LE CHOEUR.

Commentaires

Quelle visite somptueuse ! et je copie, si j'y arrive A sei voci,
Merci pour toutes ces beautés, dès le matin, Françoise

Écrit par : QI d'HUÎTRE | 04/10/2007

Répondre à ce commentaire

je reviens! et je complète pour te dire tt le bien que je pense de ces vitraux,et je réééééééécoute Josquin. Quelles merveilles , et Digne et la musique, je radote, n'est-ce pas?

Écrit par : QI d'HUÎTRE | 05/10/2007

Répondre à ce commentaire

Belles photos ...d'un provençal des terres basses !

Écrit par : Tietie007 | 05/10/2007

Répondre à ce commentaire

Impressionnant ! ces photos sont DIGNE de toi ! Jean-Louis aux Châtaigniers devrait passer par là...bises de miche

Écrit par : miche | 09/10/2007

Répondre à ce commentaire

il me semble que dans cette visite de Digne il manque le mur des fossiles à la sortie de la ville, non?

Écrit par : lecerf alain le frère de.. | 09/10/2007

Répondre à ce commentaire

Bravo et merci mille fois pour ces photos admirables de ma région (j'ai passé ma jeunesse à Digne) qui me remplissent de nostalgie.
En effet j'ai vécu à proximité de Notre Dame du Bourg et j'aime ma région.
Cependant je n'y suis pas retourné depuis une vingtaine d'années (je vis à Paris) et je crains d'y trouver énormément de changements;c'est cela qui me retiens d'y aller.

Encore merci -j'ai mis tous ces souvenirs dans mes favoris!-

Écrit par : Bernard Autrand | 02/04/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique