logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/04/2007

FERNAND POUILLON.

CETTE NOTE POUR FAIRE LIEN AVEC MA NOTE SUR L'ABBAYE DU THORONET .EN EFFET FERNAND POUILLON A ECRIT UN ROMAN MAGNIFIQUE : LES PIERRES SAUVAGES .
IL RACONTE LA CONSTRUCTION DE L'ABBAYE A TRAVERS LE "JOURNAL" D'UN MOINE CISTERCIEN.
DE PLUS ,FERNAND POUILLON EST MORT AU CHATEAU DE BELCASTEL EN AVEYRON ,SA PROPRIETE, QU'IL A RESTAUREE DE FACON MAGISTRALE ET IL S'AVERE QUE BELCASTEL EST LA TERRE D'UNE PARTIE DE MES ANCETRES....ALORS !!!




medium_pouillon2.2.jpg



UN RATIONALISTE MEDITERRANEEN .
Brève biographie par Guidu Antonietti




Fils d’un ingénieur des travaux publics, Fernand POUILLON est né en 1912 à CANCON dans le LOT-ET-GARONNE.

Il ambitionne de devenir peintre et fréquente l’Ecole des Beaux Arts de MARSEILLE à partir de 1929.

De 1932 à 1934, il poursuit des études d’architecture à PARIS. En 1936, il a 24 ans, et construit son premier immeuble à AIX-EN-PROVENCE. En 1939, il est engagé volontaire et est démobilisé en 1940.

En 1942, il obtient son diplôme d’Architecte à 30 ans et réalise des travaux pour la Ville de MARSEILLE sous la direction d’Eugène BEAUDOUIN jusqu’en 1944.

De 1944 à 1947, dandy non-conformiste et progressiste, il est inscrit au parti communiste français.

De 1944 à 1953, associé à René EGGER, il participe activement à la reconstruction du quartier du Vieux Port de MARSEILLE. Puis devenu Architecte en chef, il poursuit en association avec DEVIN et PERRET, le projet du front de mer de MARSEILLE initié par LECONTE.


medium_Image-0ABCEC5A92A611DA.jpg


Marseille :le vieux port

medium_Image-0ABAFB7092A611DA.jpg


La faculté de droit à Aix en Provence


A la fin de la guerre il redessine le vieux port de Bastia endommagé par les bombardements .

Durant les années 50, il réalise de nombreux bâtiments publics à AIX-EN-PROVENCE et à MARSEILLE. Avec ses collaborateurs, il travaille à l’ouvrage "ORDONNANCES", relevé méthodique des hôtels particuliers du XVIIe et du XVIIIe siècle d’AIX-EN-PROVENCE, qu’il publie à compte d’auteur en 1953.


En 1961, éclate l’affaire du CNL, suite à laquelle il est arrêté, condamné et emprisonné durant 4 ans. Il rédige, en prison, en 1964, un roman "LES PIERRES SAUVAGES" qui lui vaudra le prix Médicis , sorte de journal d’un moine bâtisseur cistercien concevant et réalisant l’abbaye du THORONET XIIe siècle dans le VAR.


medium_doc-64.jpg


De 1966 à 1972, exilé volontaire en ALGERIE, il travaille à la réalisation de nombreux bâtiments. En 1968, paraissent les "MEMOIRES D’UN ARCHITECTE" où il relate l’ensemble de sa vie et fournit de très intéressantes explications sur "l’affaire POUILLON".

En 1971, il est amnistié par Georges POMPIDOU. En 1980, réhabilité par ses pairs, il est élu au Conseil de l’Ordre des Architectes de PARIS, réouvre une agence en 1983 et travaille à certains projets dont le Conservatoire de Musique du 19e arrondissement.

Il meurt en 1986 à l’âge de 74 ans dans son château de BELCASTEL à RIGNAC dans l’AVEYRON. La même année, une monographie lui est consacrée, aux éditions ELECTA MONITEUR (auteur Bernard Félix DUBOR). Depuis, sa réputation d’Architecte moderne et méditerranéen n’a cessé de grandir.


medium_13_1_171709.jpg

medium_13_3_171709.jpg


Village médiéval et Château de Belcastel
« Un des plus beaux villages de France »

Jusqu'en 1967, le château de Belcastel n'était encore qu'une ruine éboulée et embroussaillée. Sans l'intervention du célèbre architecte Fernand POUILLON, nous ne verrions pas grand chose de cet édifice magnifique qui domine majestueusement la vallée de l'Aveyron.
En dix ans, entre l'achat des ruines en 1974 et la fin des gros travaux en 1982, Fernand POUILLON a réussi le pari insensé de redonner naissance à l'ancienne forteresse des Saunhac de Belcastel.
Grâce à sa notoriété de mécène et d'éditeur de livres d'art, Fernand POUILLON fit connaître Belcastel au cours des années 70, il y invita Claude POMPIDOU et Françoise SAGAN tandis que Juliette GRECO, Claude NOUGARO et Georges MOUSTAKI donnèrent des récitals au village.
Décédé en 1986 et enterré au cimetière du village, Fernand POUILLON a suscité des vocations. Ainsi de nombreuses maisons qui entourent le château ont fait l'objet de restauration, tout comme les ruelles pavées de galets ronds, le four à pain, le puits.
La plus ancienne mention du Château date de 1040, il appartenait alors à la famille Belcastel.
A voir aussi le pont du 15ième siècle, ouvrage à dos d'âne et cinq voûtes en arc brisé qui vous conduira à l'église Sainte Marie-Madeleine elle aussi du 15ième siècle.
Aujourd'hui le village est classé dans l'association « les plus beaux villages de France », et accueille un très grand nombre de visiteurs tout au long de l'année.





En septembre 1995 la première exposition mondiale consacrée au maître est organisée à AIX-EN-PROVENCE par ARCHIPEL ARCHITECTES ASSOCIES qui présente 93 planches des relevés d’"ORDONNANCES" de 1953 et 25 photographies sur son oeuvre bâtie à AIX-EN-PROVENCE dans les années 50.


medium_doc-61.2.jpg



Michel ANTONIETTI rédigeât un texte en guise d’introduction qui aujourd’hui encore demeure d’actualité !
OU SONT LES DESSINATEURS ?

J’avais vingt ans ou presque et je flottais dans la dérive des sentiments. Je venais d’entrer à l’école d’Architecture, les maîtres l’avaient désertée à l’exception d’une femme sculpteur professeur de dessin, que j’appelle encore aujourd’hui Maître. Seuls y restaient quelques barons perchés que les contingences, ou les amitiés ministérielles avaient laissés là. J’aimais le jazz moderne, les photographies au Leica, et je croyais que seuls les architectes bâtissent les villes des hommes. Je courrais les librairies pour lire des livres d’architecture. Je n’en trouvais point, ce n’était pas dans la préoccupation des éditeurs. J’ai pensé alors que les villes étaient les livres que je ne trouvais point, ce n’était pas dans la préoccupation des éditeurs. J’ai pensé alors que les villes étaient les livres que je ne trouvais pas. A cette idée simple, j’ai vogué jusque vers l’orient compliqué, et le sud des Amériques. Je suis revenu par l’Italie. A chacun son voyage. Toujours dans mon bagage mental, mon île belle et Saint-Michel de Murato. A chacun son Ronchamp. Les "MEMOIRES D’UN ARCHITECTE" sont venues à l’étalage des libraires. J’ai pour la première fois, lu le nom de Fernand POUILLON. L’ouvrage m’a obligé à chercher dans le dictionnaire, la signification du mot ordonnance. Il parlait aussi de beauté des proportions, de qualité technique de mise en œuvre, et de références explicites à une tradition classique comme dit Bernard Huet, d’intelligence constructive et de sens plastique comme dit Jean-Paul Louvet. Après la lecture des "PIERRES SAUVAGES", j’ai couru à l’abbaye ; Monique ne m’avait pas encore instruit sur la règle de Saint Benoît. En poche mon parchemin, j’ai posé mes tréteaux, modèle Léonardo. J’ai appelé Guy, et nous avons commencé là - Aix Song - notre vie difficile de bâtisseurs sisyphes. A nos interlocuteurs, nous demandions quel est le nom de ta maison comme on demande dans notre langue, quel est le nom de ton père. Evasives réponses, ou pas de réponse du tout. Plus tard, bien plus tard, Jean-Pierre Frapolli m’a prêté un exemplaire de "ORDONNANCES", objet de la présente exposition. L’idée que les dessinateurs de l’agence, quand elle est inemployée, relèvent des ensembles urbains et des édifices, me fait encore rêver. Cette merveilleuse tâche, intéresse-t-elle toujours les dessinateurs-architectes. Au fait, où sont les dessinateurs ? Peut-être dans les agences de pub, ou chez les mécaniciens dociles, comme dit Guy ? Cette exposition voudrait leur dire qu’ils ont peut-être tort.


medium_000018_redimensionner.jpg

Commentaires

Pour avoir accompagné pendant plusieurs années un jeune homme, qui était notre gendre à l'époque, dans l'obtention de son diplôme d'architecte, cette lettre me remet en mémoire bien des conversations. Et j'ai grand souvenir de la passion qui anime les personnes qui choisissent cet univers. Amitiés. Monique

Écrit par : monique-âne | 15/04/2007

Répondre à ce commentaire

volà deux notes qui sont très interressantes, qui me présentent des gens et des lieux inconnus pour moi.
je t'en remercie et je vais relire tout ça ce soir
amicalement

Écrit par : josette | 15/04/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'ai le bouquin dans ma bibliothèque, d'une grande écriture où le souffle de cet homme passe entre les pages. J'en ai apprécié la force ! L'abbaye, dans le Midi_, elle est connue de beaucoup d'entre nous . J'ai un faible pour Sénanque, dont l'écrin de la vallée donne une certaine noblesse dans son dépouillement !

Bonne journée et grand merci pour ta note !

Le grillon

Écrit par : christian | 15/04/2007

Répondre à ce commentaire

Quelle densité dans tes notes! entre l'abbaye du Thoronet que tu m'as fait découvrir, et maintenant Pouillon, Belcastel, terre ancestale dis-tu? Quelles racines! Je suis éblouie par tant de richesses dans ton blog, Merci à toi de nous apporter autant, Framboisine

Écrit par : La Poule au Pau | 17/04/2007

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces notes passionantes , en qualité de projeteur j'ai participé à la construction de la ville nouvelle d'Evry ,j'étais heureux de dire à mes amis là il y aura tel projet dans quelques mois .Amicalement

Écrit par : gérard | 18/04/2007

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique